logo trith

"Des rires qui s'éteignent"

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button



"Des rires qui s'éteignent" de Philippe Lacoche

Editions Ecriture (2012)

 

La nostalgie pour les "Trente glorieuses" (années 1945-1975) reste très vivace chez les 50 ans et plus qui ont connu dans leur jeunesse ces années exceptionnellement fastes dans notre histoire contemporaine.

Les années d'avant le SIDA et le chômage (pour schématiser les choses)...
Cela dit, il y a nostalgie et nostalgie.

 

Il y a toujours cette nostalgie immédiate, "basique" voire primaire qui consiste à affirmer "que c'était mieux avant" sans faire la part des choses alors que les époques ne sont pas comparables.

Il y a aussi une nostalgie qui consiste à rester fidèle à soi-même, à des idéaux de jeunesse tout en faisant la part des choses pour rester de plain-pied dans les temps présents.

Il y a dans les romans de Philippe Lacoche, une petite musique qui nous amène irrésistiblement vers la fin des années 1960 et le début des années 1970.

 

Depuis 20 ans, l'écrivain qui est aussi journaliste au "Courrier Picard" à Amiens, bâtit patiemment une œuvre déjà couronnée par plusieurs prix littéraires.

Les héros de ses romans sont souvent des adolescents et de jeunes adultes de condition humble, enracinés en Picardie aux prises avec les difficultés de leur temps (il y en avait quand même !) qui s'aiment ou se détestent, qui ont des projets de vie qu'ils concrétisent plus ou moins, qui affrontent aussi des situations cocasses ou absurdes. La vie quoi !

 

En général, ce sont souvent des personnes ordinaires aux antipodes de la résignation, qui "engrangent" aussi des souvenirs pour plus tard. Ces souvenirs qui alimentent la nostalgie !

 

"Des rires qui s'éteignent", publié l'an dernier chez  Ecriture  est dans cette même veine.

Lors d'une séance de dédicace dans une libraire, l'écrivain apprend brutalement la mort de la jeune fille qu'il a jadis aimée.

Il la revoit en hippie aux débuts des années 1970 aux côtés de son amie Katia, elle aussi tragiquement décédée. Avec un copain qui les a connues, ils évoquent leurs souvenirs communs sur ces deux filles douées pour la fête et l'amour.

 

Un roman à découvrir et à apprécier.