logo trith

La gloire ne fait pas le bonheur par Jean-Marie TARDIEU.(La Pensée Universelle, 1979).

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

la gloire ne fait pas le bonheurTout comme pour Bernard TETTELIN, voici un autre roman publié à « La Pensée Universelle » fin 1979 qui aurait mérité un meilleur sort. A notre connaissance, il s'agit du seul roman de l'auteur qui ne connut qu'une gloire fugitive durant les premiers mois de 1980 dans notre région. Publié à compte d'auteur, sa diffusion dut être confidentielle, ce qui n'empêcha pas les responsables de l'association du Centre Culturel Pablo-Picasso de Trith-Saint-Léger de le remarquer et de l'acheter pour la bibliothèque, logée à l'époque au château Alnot.

 

C'est ce coup d'essai –à notre sens réussi- que nous saluons en ce mois de mars 2010 pour le présenter aux lecteurs. Emergé des rayons de la réserve de la médiathèque Gustave-Ansart lors d'un récent reclassement, sa lecture a procuré un vif intérêt à l'auteur de ses lignes. Il a apprécié également la fraîcheur du style et le romantisme juvénile dans les réactions de quelques personnages. Un roman aux multiples rebondissements qui l'a amené à en savoir plus sur l'auteur.

 

Grâce à l'amabilité du personnel de la bibliothèque multimédia de Valenciennes, une recherche effectuée dans les collections de « La Voix du Nord » de janvier 1980 a permis de retrouver, à la date du 10 janvier, un article de présentation du roman avec une photo de l'auteur. Né en 1949 à Boulogne-sur-Mer, il émigra jeune vers le Valenciennois et demeura à Raismes. Après quelques essais en tant que parolier, où il n'eut malheureusement aucun succès, il trouva un emploi d'informaticien à la Franco-Belge (actuellement Alsthom). Mais le démon (bienfaisant !) de l'écriture le titille et voici donc ce roman sur les rayons des librairies.

 

L'action se situe dans notre région. Le soir de la Saint-Nicolas (6 décembre), une bande de copains-copines doit se réunir chez Fred, un cafetier qui s'est mis en quatre pour mitonner un excellent repas. Alain et Bernadette, Daniel et Rosine, Bernard et Thérèse, Christian et Brigitte vont sûrement passer un bon moment ensemble. Tout le monde est là et semble de bon humeur ... ou presque. Il manque Brigitte et cela jette une ombre sur la gaieté ambiante ; Christian se morfond...

 

Le lendemain, Christian Ternier et le groupe apprennent l'affreuse nouvelle : Brigitte, en les rejoignant, a été renversée par la remorque d'un camion. La mort a été instantanée. Le ciel tombe sur la tête de Christian. Prostré, enfermé dans sa chambre, hors d'état d'assister aux funérailles de son amie fauchée injustement à 18 ans, il entre dans une profonde dépression et se coupe de son entourage. Quelques jours plus tard, muni de barbituriques, il se rend nuitamment au cimetière de la ville, s'allonge sur la dalle de la tombe de Brigitte Lambier. Avec une froide détermination, il avale une importante quantité de cachets. Puis, plus rien ... Jusqu'à ce réveil à l'hôpital. Il a été miraculeusement sauvé par le gardien du cimetière qui commença son service plus tôt ... et par le repas copieux pris la veille et qui a ralenti l'effet mortel des somnifères.

 

Entouré de l'affection des siens, Christian décide de remonter la pente. Il se jette à corps perdu dans la pratique du football dont il est déjà un excellent avant-centre de l'équipe de la ville jouant en division d'honneur. Il participe à un tournoi au Touquet, le mois de janvier suivant ce tragique 6 décembre. En souvenir de Brigitte, il se surpasse en étant l'artisan principal de la victoire de son équipe.

 

Peu après, il est contacté par le recruteur de l'équipe de Boulogne-sur-Mer évoluant en seconde division professionnelle (actuelle Ligue 2). Un contrat alléchant lui est proposé ; il y répond favorablement. Après d'heureuses péripéties – où il travaille dur sa technique et ses dribbles pour se mettre à niveau – il devient titulaire dans l'équipe. La finale de la Coupe de France, la montée en première division, la sélection en équipe de France, le transfert à Atvidaberg, une équipe suédoise de premier plan, constituent autant d'étapes d'une marche triomphale. Il a tout pour être heureux... Mais Brigitte n'est plus de ce monde. Décidément, la gloire ne fait pas le bonheur !

 

Ce livre pourrait faire l'objet d'une adaptation pour un téléfilm tant les dialogues sont alertes, vifs et directs. Bien qu'il ait été publié il y a trente ans, il reste un livre abordable pour les adolescents du niveau lycée qui y retrouveront peut-être, au travers de certains des personnages, les réactions qu'eux-mêmes auraient eu face à quelques situations décrites.

 

L'amour, l'amitié et le refus de la médiocrité sont bien au centre de ce roman.

 

Il est à regretter que l'auteur n'ait pas pu transformer cet essai prometteur. La difficulté de se faire éditer doit y être sans doute pour quelque chose...