logo trith

Le volcan éteint par Bernard TETTELIN

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

le volcan eteintLes manuscrits publiés par les maisons d'édition à compte d'auteur sont très souvent de qualité inégale et ont été dans la plupart des cas refusés par les maisons d'édition classiques. Les auteurs paient de fortes sommes pour se faire éditer et diffuser en France. Mais, il arrive que certains d'entre eux réservent de bonnes surprises et auraient mérité en leur temps une meilleure consécration. « LE VOLCAN ETEINT » de Bernard TETTELIN est assurément l'un d'eux. Ce mince volume de 119 pages, classé dans les réserves de la Médiathèque, ne paie pas de mine. Couverture sobre et austère comme tous les livres publiés par « La Pensée Universelle » sauf, à la quatrième page de couverture, une phrase-choc qui interpelle le lecteur curieux : « Quand je perdrai l'espérance, la foi dans la vie, alors je serai devenu vieux ». Elle incite à parcourir l'ouvrage...

 

Que savons-nous de Bernard Tettelin ? A vrai-dire peu de choses. L'auteur est né à Lille en 1946. Devenu professeur de français, il enseigna dans un collège de La Madeleine-lez-Lille. Retraité depuis peu, il publie de manière confidentielle d'autres romans aux éditions de la Margotpierre à Saint-André-lez-Lille.

 

Pourquoi ce titre « Le volcan éteint » ? B. Tettelin nous en explique les raisons en début de volume : « Au fond, c'est à trente ou trente-cinq ans que commence la vie. Les jeunes sont des volcans qui crachent leu feu et vomissent la lave. Mais lorsque le volcan s'est éteint, alors commence la vie et l'on cultive ses flancs, le volcan féconde la vallée. Je veux donc être un volcan éteint pour que vive mon prochain ».

 

Nous sommes en octobre 1978. Yves Méricourt, la trentaine, est professeur principal de collège dans la classe de 3ème C au collège de ***, une classe où l'on parque les élèves difficiles. Parmi eux, Annie Lafarge, 17 ans, qui traîne son ennui depuis plusieurs années avec le vif sentiment que son avenir est déjà bouché. Que faire après le B.E.P.C. (devenu de nos jours Brevet des Collèges) ? Entamer de vagues études dans un lycée professionnel ? Plutôt solitaire, en froid avec ses parents, Annie trouve un peu de réconfort en écoutant les chansons de Jacques Brel qui vient de mourir et aussi avec Pierre Huvelin qui est un bon copain, mais pas vraiment son « petit ami ».

Comme on peut s'y attendre, la classe de 3ème C est continuellement dans le collimateur de l'administration du collège et des parents d'élèves. Le principal finit par demander à Yves Méricourt de se montrer plus sévère et d'enseigner de façon plus magistrale. De plus, un inspecteur d'académie doit prochainement venir dans sa classe. Yves Méricourt décide alors de mobiliser ses élèves en montrant que, s'ils vivent dans un milieu hostile, il continue malgré tout à croire en eux et en leurs capacités.

 

Le jour de l'inspection, l'inspecteur blesse Y. Méricourt en lui reprochant doucement son trop grand idéalisme. Néanmoins, il reconnaît qu'il a su établir un lien entre lui et ses élèves et que, de cette sorte, un enseignement peut passer.

 

Un lien entre lui et ses élèves... Et plus particulièrement entre lui et Annie Lafarge pour qui il éprouve secrètement un « coup de foudre » depuis un exposé en classe sur Jacques Brel. Il réussit à refouler cette passion qu'il sent monter en lui : il a 33 ans et est célibataire ; elle en a 17... Refoulement provisoire. Les attaques du principal et des parents continuent contre Yves. On reproche aussi à ses élèves de s'attarder trop longtemps au bistrot près du collège et de se livrer à des trafics louches. Comme s'il en pouvait quelque chose ! Peu soutenu par ses collègues, il souffre de plus en plus de solitude morale. Sa classe commence à lui échapper ; ses élèves le déçoivent de plus en plus.

 

Cherchant désespérément une « bouée » de survie, il ne cesse de penser à Annie. Yves perd pied et le roman sombre inexorablement dans la tragédie.

 

Laissons au lecteur le soin d'en découvrir l'issue.

 

D'une lecture facile et touchante, ce roman interpellera les quadragénaires qui retrouveront des préoccupations de leur jeunesse. Il a cependant bien vieilli et peut s'adresser aussi à des lycéens d'aujourd'hui qui le liront à cœur ouvert.