logo trith

Bien joué, Monsieur Marine ! par Jean-Claude DARNAL (Belfond, 1982)

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

monsieur marineAprès des ouvrages à la tonalité bien sombre (André Stil, Michel Franceus, Jérôme Leroy), en voici dont la couverture nous offre déjà un aperçu de sa fraîcheur, de sa fantaisie et de son humour. En retournant le livre à la quatrième page de couverture, la photographie de l'auteur apparaît : si le nom de Jean-Claude Darnal évoque quelque vague souvenir, le visage, quant à lui, rappelle des souvenirs plus précis liés à l'enfance.

 

Quadragénaires mûrissants et quinquagénaires, rappelez-vous quand le jeudi était jour de congé scolaire. Particulièrement avec l'émission de télévision « Les jeux du jeudi » présentée par Pierre Tchernia où Jean-Claude Darnal déguisé interprétait souvent des chansons de sa composition entouré de chorales d'enfants.

 

Mais avant la télévision des années 1960, il y eut la période « Paris Rive Gauche » et Saint-Germain-des-Prés avec ses auteurs-compositeurs-interprètes où l'on pouvait applaudir, entre autres, Jacques Brel, Philippe Clay, Charles Aznavour, Léo Ferré, Juliette Gréco, Raymond Devos et tant d'autres qui débutaient modestement des carrières prometteuses dans des cabarets enfumés... Parmi eux, Jean-Claude Darnal (1954-1959). A l'époque, ayant interrompu ses études à Paris, il rêvait de devenir écrivain et « globe-trotter ». En attendant, ayant rompu avec sa famille, il lui fallait bien vivre. S'amusant à écrire des textes de chansons, il les interprétait le soir dans les restaurants parisiens, en compagnie de sa guitare. Puis, la notoriété vint rapidement : Eddie Constantine d'abord en mit deux à son répertoire : « le soudard » et « le gaucho ». les Frères Jacques, Edith Piaf, Juliette Gréco, Catherine Sauvage, Pétula Clark ...(liste non exhaustive !) le sollicitèrent également. Excusez du peu ! La rencontre avec Jacques Canetti qui l'embaucha pour des tournées épuisantes dans toute la France (pas d'autoroutes à l'époque !), les encouragements du cinéaste Jacques Tati et, surtout, la rencontre avec Boris Vian contribuèrent à lancer une carrière d'auteur-compositeur-interprète où la poésie de ses textes et sa voix chaude lui permirent d'obtenir de jolis succès (Brigitte Bardot apprécia notamment « Le tour du monde »). Il s'entendit très bien avec Boris Vian, créateur du label « Fontana » chez Philips, avec qui il parlait davantage littérature que chansons ! La disparition prématurée de Boris Vian le 23 juin 1959 lui fit perdre un soutien indispensable dans la continuation de sa carrière discographique (J.-C. Darnal s'apprêtait à quitter Philips pour rejoindre Vogue ). Le début des années 1960 vit l'émergence de la vague « yé-yé », du rock et du « show-business » avec lesquels J.-C. Darnal ne se sentait pas trop en phase. Il fut tenté un moment par le cinéma (avec les réalisateurs Jean Rouch et Jacques Doniol-Valcroze ). Mais il trouva sa voie (sans jeu de mots !) dans la chanson enfantine et la télévision française le remarqua (avec le soutien de Claude Cobast, producteur d'émissions enfantines à l'O.R.T.F.).

 

A consulter sans trop de nostalgie sur cette période si riche : « Derrière la zizique » de Boris Vian (à la page 95 de l'édition du Livre de poche) puis le livret de Joseph Moalic du disque « Les années Fontana » disponibles tous les deux en Médiathèque.

 

Dans les années 1970, Jean-Claude Darnal fut pour beaucoup dans le succès des chansons de Raoul de Godewarsvelde avec l'immortel « Quand la mer monte » dont il fut le parolier... et de bien d'autres ! Il put relancer à cette occasion sa carrière en lui donnant une tonalité régionale. Peu après la mort tragique de Raoul de Godewarsvelde (avril 1977), il lui consacra un livre-hommage publié par Georges Blondel, à l'époque éditeur à Odomez (disponible en Médiathèque).

 

Né à Douai en juin 1929, Jean-Claude Darnal a donc fêté cette année ses 80 ans entouré des siens, et notamment de son épouse Uta, comédienne, de son fils Thomas qui fut claviériste dans le groupe « La Mano Negra » et de sa fille Julie devenue chanteuse (un C.D. à ce jour, sorti en 2005 et intitulé « Entre nous soit dit ». Disponible en Médiathèque).

 

Le héros principal du livre, Yves Marine de Kertangon, est un acteur qui accumule des petits rôles dans des pièces aux succès très limités. Son avenir semble totalement bouché lorsqu'un jour il apprend que sa tante, la vicomtesse de Kertangon, est décédée à 108 ans en laissant un héritage considérable. Yves Marine est alors contacté par un notaire de Pont-Labbé (Finistère). Il entrevoit la fin de ses problèmes en se présentant à l'étude dudit notaire. Mais c'est la douche froide en entendant maître Laforêt énumérer les dernières volontés de la défunte : il n'est pas le seul héritier ; trois autres cousins figurent sur le testament. Or, ceux-ci ont disparu depuis près d'un demi-siècle ! Pour toucher sa part d'héritage, Yves Marine doit se présenter avec les trois autres à l'étude de Pont-Labbé afin d'y apposer sa signature. C'est la catastrophe...

 

C'est alors que germe dans l'esprit de l'acteur une idée de génie qui permettra à son talent de pouvoir s'épanouir : il va se substituer aux absents. il devra alors se surpasser car la moindre erreur sera fatale vis-à-vis de maître Laforêt et du personnel de l'hôtel « Au relais de Cornouaille » où il a pris pension. Arrivera-t-il à ses fins ?

 

Un livre au style alerte où l'on sourit tout au long de la lecture. Un livre qui mériterait assurément une adaptation en film en ces temps de morosité ambiante...

 

D'autres œuvres de Jean-Claude Darnal sont à découvrir en Médiathèque. Pour terminer, nous insisterons sur ses deux volumes de mémoires « On va tout seul au paradis » coédités par l'éditeur canadien Neige et par Christian Pirot, un éditeur tourangeau ardent défenseur de la chanson française, en 2003 et en 2006. En vente dans toutes les bonnes librairies.