Les coups de coeur Musique

Ce contenu requiert Adobe Flash Player. Obtenir Flash

A découvrir - Musique

GABRIEL, Peter & Friends : Big Blue Ball

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

GABRIEL Peter Friends

 

Aujourd'hui, soit dix-sept ans après sa genèse, ce disque de collaborations au casting incroyable sort enfin ! Riche, positif et beau, cet album universel appelle l'adhésion inconditionnelle de tous les fans de Peter Gabriel, de world music, de métissages, et de bonne musique, tout simplement. (Marc Poteaux)

FOO FIGHTERS : Eponyme

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

FOO FIGHTERS

 

1995. Le décès de Kurt Cobain digéré, le batteur de Nirvana décide de se remettre au travail, et accouche d'un des meilleurs disques post-grunge. Gorgé de tubes immédiats, reprenant le son si particulier du genre, cet album est à la fois un hommage et un trait tiré sur une époque, marquant le début d'une nouvelle ère où l'espoir a regagné sa place. (Marc Poteaux)

FONDA, John Lord : Debaser

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

FONDA John Lord

 

Comparse de Vitalic, John Lord Fonda est comme lui l'un de ces djs qui a choisi de faire évoluer le son techno, s'attachant à conjuguer efficacité des rythmiques et puissance des mélodies. Il s'emploie ici à dynamiter la new wave, ressusciter une electro-pop gonflée à la testostérone, et enflammer les dancefloors autant que les enceintes ! (Marc Poteaux)

EKDAHL, Lisa : Back to earth

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

EKDAHL Lisa

 

Accompagnée par le jazzman Peter Nordhal et son trio, la délicieusement belle Lisa délivre ici un style cool et lascif, revisitant les classiques et egrennant quelques compositions personnelles. On aimerait certes la découvrir sur un terrain plus « glissant » qu'ici, mais qui saurait résister aux caresses musicales présentes sur cet album ? (Marc Poteaux)

THE CURE : Pornography

Envoyer Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

the cure

 

Loin des tubes pop qui feront son succès quelques mois plus tard, Robert Smith plonge ici dans une abîme de noirceur, pour en retirer ce qui est souvent considéré comme son chef d'œuvre. Troisième d'une trilogie noire et glacée, ce disque est l'ultime personnalisation du mal-être et des phobies de son auteur. Ames sensibles s'abstenir. (Marc Poteaux)

Page 12 sur 13