LA FAVORITE

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

La Favorite réalisé par Yorgos Lanthimos

 

DRAME

 

LA FAVORITEDébut du XVIIIème siècle. L’Angleterre et la France sont en guerre. Toutefois, à la cour, la mode est aux courses de canards et à la dégustation d’ananas. La reine Anne, à la santé fragile et au caractère instable, occupe le trône tandis que son amie Lady Sarah gouverne le pays à sa place. Lorsqu’une nouvelle servante, Abigail Hill, arrive à la cour, Lady Sarah la prend sous son aile, pensant qu’elle pourrait être une alliée.

Abigail va y voir l’opportunité de renouer avec ses racines aristocratiques. Alors que les enjeux politiques de la guerre absorbent Sarah, Abigail quant à elle parvient à gagner la confiance de la reine et devient sa nouvelle confidente. Cette amitié naissante donne à la jeune femme l’occasion de satisfaire ses ambitions, et elle ne laissera ni homme, ni femme, ni politique, ni même un lapin se mettre en travers de son chemin.

La Favorite est un film à la fois drôle, sombre et terriblement ironique. Le réalisateur grec Yorgos Lanthimos revisite le cinéma en costume en en faisant une fable irrévérencieuse sur le pouvoir politique qui, ici, va tourner au jeu de massacre. Presque tout dans ce film est tourné en dérision : la Reine est une femme malade qui ne semble gouvernée que par ses sens et dont la vie est pleine de fantômes, les gens de sa cour sont emplis de vanité et se comportent comme des animaux où le plus fort mangera le plus faible, les femmes sont manipulatrices, cruelles et ambitieuses.
Si le film se démarque par des décors magnifiques et des costumes somptueux et beaux, c'est pour mieux contraster avec la noirceur des personnages, qui une fois leur maquillage enlevé se révèlent aussi laids que leur âme.
Cinéaste de l'absurde et de l'étrange, Yorgos Lanthimos reste fidèle à sa réputation. Si vous recherchez un cinéma subversif, irrévérencieux et qui interroge sur les travers de notre société, vous êtes au bon endroit.

 

Cliquez ici pour découvrir la bande-annonce de ce film