Que se cache-t-il derrière cette jolie pochette coquine et ce titre évocateur ? Et bien, l'un des albums instrumentaux les plus excitants et WTF de 2020, pardi !

Si vous ne connaissez pas Leon Michels, je me dois de vous faire une présentation sommaire ; le monsieur nous vient de la grosse pomme et adore la soul music, qu'il décline de bien des manières. Ici, il a voulu mettre en forme sa musique comme une bande originale de film, et c’est plutôt réussi. On se croirait revenu dans les années 60, lorsque la soul avait été vampirisée par des compositeurs européens et mariée de force mais plutôt de façon heureuse avec des éléments pop, orchestraux ou plus psychédéliques. On pensera forcément à un François de Roubaix, mais aussi aux titres les plus orchestraux d’un Gainsbourg. Bien sûr, on échappe pas (on ne le souhaitait pas vraiment, d’ailleurs) à des titres mystérieux et/ou plus sombres et rythmés, qui pourraient bien s’acoquiner avec le hip-hop dans un avenir plus ou moins proche (ce qui serait un juste retour des choses, d’ailleurs, quand on connaît la carrière du New-Yorkais). Et si ce nouvel opus ne dure qu’un peu plus d’une demi-heure, on en a quand même pour son argent. Très belle performance ! (Marc - Saint Amand)

OPAC Détail de notice